La Madeleine de Proust

Marcel Proust n’est évidemment pas un auteur pour enfants.
Cependant, dans Du côté de chez Swann, premier volume de La Recherche du temps perdu, plusieurs scènes de son enfance sont parfaitement adaptées aux jeunes lecteurs.

JPEG - 103.9 ko

 Une Madeleine magique, imbibée de thé et de souvenirs, entraîne Marcel dans le tourbillon de sa mémoire jusqu’à un certain dimanche de printemps, dans le village de son enfance... Le gâteau « court et dodu » était donc un passage secret vers le passé ! Une métamorphose spectaculaire s’opère : chaque trait du visage de Marcel, chaque courbe de la tasse, chaque élément de la pièce qui l’entoure se transforment petit à petit en détails d’un paysage, celui des « bonnes gens et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs »...

Le Baiser du soir de sa maman, celui qui insuffle « le pouvoir de s’endormir », ne dure pas assez longtemps pour le petit Marcel. « Embrasse-moi une fois encore » pense tout bas le petit garçon heureux mais triste, blotti sous sa couverture. La superposition des couleurs laisse incertaine l’issue du combat entre les ténèbres de la chambre et le rouge du baiser qui occupe seul l’esprit de l’enfant.

Le Premier Amour du jeune Marcel naît au détour d’une promenade, quand il entrevoit à travers les branches d’une haie la fascinante petite Gilberte, chevelure rousse et yeux noirs inoubliables. Cette vision le paralyse. La jeune fille est si belle que Marcel voudrait lui crier qu’elle est laide, juste pour qu’elle se souvienne de lui, pour que ce temps-là ne soit pas perdu...