Accueil » Choix des livres » Par genre

Choix des livres

- Par genre

Livres Eveil/petite enfance

Quelles propositions de livres pour un tout jeune public  ? Quels thèmes ? Comment sont créés ces livres pour les tout-petits ?
Anne de Bouchony (Gallimard Jeunesse) et Mélanie Perry (Casterman) répondent aux questions de Sophie Tardy-Joubert

 

Sophie Tardy-joubert

A partir de quel âge peut-on commencer à lire ?

Anne de Bouchony
Il n’y a pas vraiment d’âge pour commencer à lire. Avant de savoir lire, on lit les images, et depuis récemment, on commence à faire lire les images à des bébés en leur mettant des petits livres tissus dans leur lit.

Mélanie Perry
Quand on fait des livres pour les plus petits, c’est-à-dire vraiment les 0-2 ans, on travaille vraiment la lisibilité de l’image, la simplicité et le côté attractif évidement. Le tout-petit, avant 2 ans, a du mal à concevoir une histoire dans sa longueur. Il est un peu dans le page à page.

Sophie Tardy-joubert

Quels sont les types de livres que l’on propose à ce jeune public ?

Anne de Bouchony
Toutes sortes, toutes les formes, tout est permis en fait aujourd’hui. La lecture d’une image pour un bébé correspond à la lecture d’une belle histoire pour un petit enfant de 5 ans en lecture accompagnée avec sa maman ou sa nounou. Ce qui compte, c’est l’éveil. Le cerveau de l’enfant existe dès sa naissance et l’on arrive à trouver des choses pour leur éveil de plus en plus tôt dans leur vie, en fait.

Mélanie Perry
On est toujours très sensible à un bon texte, de belles illustrations, mais aussi à la forme du livre, à l’interactivité, aux côtés animés. On comprend aussi l’importance de toucher le livre dès le plus jeune âge, puisque cela permet à l’enfant de s’approprier un objet.

Anne de Bouchony
On passe des tests épouvantables. On passe un an à sortir un petit livre en tissu parce qu’il faut être sûr qu’il n’y a pas quelque chose de toxique dedans, ni à sucer ni à toucher.


Mélanie Perry
Pour les tout-petits, j’ai justement un exemple d’interactivité avec le livre et aussi le côté page à page qu’on peut avoir avant de passer à une histoire complète. C’est une petite collection qui joue avec les enfants, qui leur permet d’interpréter des animaux. On ouvre le livre, on a des petites poignées pour bien le tenir et l’enfant s’amuse à mettre sa tête à l’intérieur du trou pour interpréter un ours, un éléphant, etc. Plein d’animaux rigolos.

Sophie Tardy-joubert

C’est quelque chose qui fonctionne bien ?

Mélanie Perry
La collection fonctionne très bien, extrêmement bien et les enfants adorent l’idée de s’approprier le livre et de jouer entre eux devant la glace avec les parents.

Anne de Bouchony
Il y a une question d’affectivité aussi, de partage. Dans le documentaire, c’est un petit peu différent puisqu’en fait, la connaissance, le rêve, la découverte sont indispensables au développement d’un enfant. C’est d’ailleurs le fondement de leur construction d’arriver à lire des images, à les comprendre. Là au contraire, on leur fait découvrir les trésors de la nature. D’un petit geste on fait passer d’un été à l’automne et de l’hiver au printemps très facilement. Tout simplement pour leur exprimer le jour et la nuit. Dans ce livre, on voit que la chouette dort quand c’est le jour, et puis quand on tourne la page et que c’est la nuit, elle a les yeux ouverts. On comprend donc à la fois la nuit et le jour, c’est-à-dire la lumière et le noir et puis on apprend en plus incidemment que la chouette a les yeux ouverts la nuit et fermés le jour. Pour le documentaire, on a pris parti, c’est très important pour moi, de leur montrer les choses telles quelles sont en vrai, dans la nature. Par exemple, quand on dessine une fraise, on ne fait pas un trait noir avec de la couleur rouge dedans. On montre une fraise très réaliste, bien sûr interprétée parce que l’illustration hyper-réaliste est un petit peu moins à la mode maintenant, mais il faut que l’enfant puisse identifier, s’approprier l’image et la reconnaître après dans le potager. C’est capital pour le développement des connaissances.

Sophie Tardy-joubert

Est-ce que c’est important pour les très jeunes enfants de lire ?

Anne de Bouchony
Mine de rien, en leur mettant tout cela sous les yeux, dans les oreilles, le jour où ils ont un livre dans les mains, c’est déjà quelque chose qui fait partie de leur vie. Et s’il n’y a pas de jeunes lecteurs, il n’y aura jamais de lecteurs adultes.

Mélanie Perry
Ils sont tous preneurs, après, ils développent leurs goûts. La maternelle, l’interaction sociale, avec les autres enfants, leur apprend à affiner leurs préférences mais, au début, je pense qu’ils sont vraiment ouverts à tous les possibles.

Sophie Tardy-joubert

Quels sont les thèmes, justement, que l’on peut aborder avec ces très jeunes enfants ?

Mélanie Perry
Je pense que on peut parler de plein de choses, énormément, mais l’enfant a besoin quand même, d’une insertion dans son quotidien. Il faut qu’on lui parle de son quotidien, puisque c’est ce qui est très important entre 0 et 3 ans. Donc, la difficulté c’est évidement de tourner souvent autour des mêmes thèmes, avec toute la simplicité que cela suppose, c’est-à-dire, le dodo, manger, voir les amis, les parents, la famille, toute ces choses qui sont si importantes et si fondamentales pour lui. Mais en même temps, on arrive à être original.

Sophie Tardy-joubert

En tant qu’éditeur, quelle est votre participation dans les projets, dans les livres présentés aujourd’hui ? Est-ce que cela vient des auteurs, est-ce que vous les guidez ?

Mélanie Perry
C’est une rencontre d’abord. On peut aussi avoir juste un texte et choisir un illustrateur pour imager, illustrer l’univers. On a aussi parfois, avec tous les progrès de la fabrication, des merveilleuses idées à développer. Justement quand on parlait de l’appropriation du livre, il y a aujourd’hui des idées de livre à toucher, de matières, de flap, de petit rabat, de choses qui sont vraiment amusantes pour eux, et qui peuvent donner lieu à des livres et des collections superbes.

Anne de Bouchony
On enrichit notre fonds avec des pépites d’histoires dans notre collection de fictions. En documentaire, on s’appuie toujours sur le monde des découvertes, mais en le faisant beaucoup évoluer. Et puis effectivement, les techniques et la fabrication ont fait de tels progrès qu’elles peuvent nous donner de très bonnes idées, quand on tombe sur des nouveaux autocollants en volumes qui n’ont pas besoin de colle ni d’aimants, des magnets, etc. Cela peut nous aider à développer un concept mais toujours à l’intérieur d’une réflexion globale. Dans le monde des petits, je trouve que ce qui est très intéressant, c’est de prendre l’avis des pédagogues, des instituteurs et des gens qui s’occupent de nos enfants quand ils ne sont pas chez nous. Il y a quand même des choses que l’on ne peut pas deviner en particulier à quel âge ils ont le déclic d’éveil, de ceci où de cela. Si l’on veut vraiment atteindre un public et le faire évoluer, c’est très important de s’appuyer sur des notions que nous n’avons pas forcément. 

Mélanie Perry
Il y a aussi tout le travail sur le patrimoine, et ça c’est un substrat éternel. On peut retravailler dessus et chaque génération est contente de retrouver ce qu’elle a appris tout petit : les contes, les comptines, etc. Il y a un retour quand on devient parent. Il y a ce besoin de retour à sa petite enfance parce que l’on se parle aussi à soi et l’on a besoin de retrouver des choses comme des petites comptines qu’on a gardées en tête et qu’on croyait avoir oubliées. Et donc travailler, là-dessus, c’est un vrai travail d’éditeur et d’auteur parce qu’il y a toujours des choses à faire.

Anne de Bouchony
Aujourd’hui, on a des CD, des livres à puces, on appuie sur une petite puce et il y a une jolie voix sur une jolie musique où évolue une comptine, un conte et on est beaucoup plus gâtés aujourd’hui qu’à notre époque, où l’on avait les contes d’Andersen, Les Malheurs de Sophie, et quelques autres. Alors qu’aujourd’hui, non seulement on a, tu as raison, tout ce patrimoine, il ne faut pas du tout le laisser de côté, mais on peut le présenter d’une façon complètement nouvelle et beaucoup plus accessible et moderne.

PDF - 60.4 ko

 

Sélection des éditeurs

Mon hippopotame

Auteur : Janik Coat

Illustrateur :

Editeur : AUTREMENT

ISBN : 978-2-7467-1427-4

La palette de couleurs de Barri

La palette de couleurs de Barri

Auteur : Marc Clamens

Illustrateur :

Editeur : HATIER

ISBN : 978-2-218-95853-3

Le p'tit déjeuner

Le p’tit déjeuner

Auteur : Anne - Claire Lévêque

Illustrateur : Amélie Falière

Editeur : LES EDITIONS DU RICOCHET

ISBN : 9782352630760

Les p'tits voisins

Les p’tits voisins

Auteur : Marguerite Tiberti

Illustrateur : Pauline Comis

Editeur : LES EDITIONS DU RICOCHET

ISBN : 97823526300418

Les p'tits gloutons

Les p’tits gloutons

Auteur : Françoise Laurent

Illustrateur : Fabienne Cinquin

Editeur : LES EDITIONS DU RICOCHET

ISBN : 9782352630753

Je t'aimerai toujours quoi qu'il arrive

Je t’aimerai toujours quoi qu’il arrive

Auteur : Debi Gliori

Illustrateur : Debi Gliori

Editeur : GAUTIER-LANGUEREAU

ISBN : 9782013942355

Les p'tits voisins

Les p’tits voisins

Auteur : Marguerite Tiberti

Illustrateur : Pauline Comis

Editeur : LES EDITIONS DU RICOCHET

ISBN : 97823526300418

La p'tite école

La p’tite école

Auteur : Brigitte Vaultier

Illustrateur : Chiara Dattola

Editeur : LES EDITIONS DU RICOCHET

ISBN : 9782352630777

Reférencement réalisé par Antoine Brossault freelance Wordpress